Candidatures pour les élections 2019 du Conseil SFdS et des Bureaux des Groupes Spécialisés



· Conseil de la Société Française de Statistique
Nombre total de sièges : 21
Nombre actuel d’élus : 21
Nombre de sortants : 3
Nombre de sièges à pourvoir : 3
Candidats : 3 : P. BARBILLON, V. BRAULT, A. LECLERCQ-SAMSON


- Pierre BARBILLON,
Je suis maître de conférence en statistique à AgroParisTech depuis septembre 2011. J’y enseigne les statistiques dans le cycle ingénieur d’AgroParisTech et également pour les MASTERs d’AgroParisTech. Ma recherche est concentrée sur l’analyse statistique des réseaux et sur la quantification d’incertitude pour les modèles numériques. Je collabore régulièrement avec des collègues d’autres disciplines et des partenaires industriels.
J’ai eu l’occasion de m’investir dans les activités de la SFdS. J’ai été membre élu du Bureau du groupe Jeunes à sa création en 2013. J’ai notamment participé activement à l’organisation du Forum Emploi Mathématiques en 2012, 2013 et 2014 en étant co-responsable des sessions témoignages. Je suis, depuis 2017, membre élu du Bureau du groupe Environnement de la SFdS. J’ai également été représentant de la SFdS auprès de la SMAI de 2016 à 2018, ce qui m’a permis d’assister aux réunions du Conseil de la SFdS et de la SMAI.
Je me porte candidat pour entrer au Conseil car je souhaite continuer à m’investir dans les différentes missions de la SFdS.
- Vincent BRAULT,
Etant adhérent depuis mon doctorat, j'ai déjà eu la chance de pouvoir m'investir dans l'association à différents moments. D'abord dans le groupe Jeunes où j'ai pu créer, avec Benjamin Guedj, les journées YSP et participer à la vie du groupe, en tant que membre élu, d'une part, puis en tant que Président. Ensuite, depuis bientôt deux ans, je m'occupe de la Cellule Informatique, point important de l'association.
Je présente ma candidature au Conseil pour pouvoir continuer mon engagement. En particulier, si je suis élu, j'aimerais participer à la création d'une vraie équipe pour la Cellule Informatique afin que les connaissances puissent être partagées et l'efficacité accrue. J'espère ainsi favoriser la création de nouveaux événements et la facilité de pérennisation de ceux existants.
- Adeline LECLERCQ-SAMSON,
Investie depuis 3 ans au sein du Conseil et du Bureau de la SFdS, je candidate pour un nouveau mandat afin de poursuivre mon engagement au sein de notre association. En particulier, je souhaite continuer mon investissement auprès de la communauté des statisticiens francophones pour accroître notre visibilité au sein de la société au travers d'interactions avec d'autres disciplines et les acteurs socio-économiques ainsi qu'au sein de la communauté internationale en renforçant les liens avec des partenaires étrangers par le biais de différents initiatives.


· GS Agro-Industrie
Nombre actuel d’élus : 10
Nombre de sortants : 2
Nombre de sièges à pourvoir : 2
Candidats : 2 : S. BOUGEARD, M. SERGENT


- Stéphanie BOUGEARD,
Agronome de formation et titulaire d’un doctorat et d’une habilitation à diriger les recherches en statistique, mon parcours professionnel s’inscrit dans le cadre du traitement des données liées à l’agronomie et plus particulièrement à l’alimentation. Durant ce parcours, j’ai appliqué et développé les statistiques dans les domaines de l’analyse sensorielle, la santé animale et la sécurité alimentaire. Mon travail actuel à l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) me permet de développer des activités de recherche dans le domaine des méthodes multiblocs. Par ailleurs, j’assure aussi l’appui, ainsi que les formations statistiques, des chercheurs de l’Anses. Dans le cadre du groupe Agro Industrie, je souhaite tout d’abord promouvoir l’utilisation des statistiques dans le domaine agro-industriel, mais aussi participer à l’élaboration et à la mise en commun des recherches méthodologiques récentes dans ce domaine.
- Michelle SERGENT,
Je me porte candidate pour le Bureau du Groupe Agro-Industrie de la Société Française de Statistiques pour participer aux activités de ce groupe, tant au niveau de l'organisation de son congrès qu'aux réflexions à avoir pour développer son action.
En tant qu'enseignant/chercheur d'un laboratoire de recherche de l'université d'Aix Marseille, spécialisé dans l'environnement, la biodiversité, les relations homme-milieu et, plus particulièrement, dans une équipe spécialisée dans les bio-marqueurs, l'environnement et la santé, j'ai pu prendre conscience de la réelle nécessité de s'investir dans la promotion des outils statistiques, de la planification expérimentale à l'analyse de données, au niveau industriel et académique.
Une partie de l'équipe étant spécialisée dans le domaine des Plans d'Expériences, qui demeure encore une spécialité peu reconnue, je tiens à m'investir tout particulièrement dans la diffusion du savoir et du savoir-faire dans ce secteur. L'existence d'un groupe comme celui-ci qui réunit industriels et chercheurs est un atout incontestable qu'il faut maintenir et valoriser au travers d'actions de communication, publications, ouvrages, séminaires,…. au niveau national et international.


· GS Banque-Finance-Assurance
Nombre actuel d’élus : 8
Nombre de sortants : 1
Nombre de sièges à pourvoir : 3
Candidat : 1 : I. TCHAPDA-DJAMEN


- Idriss TCHAPDA-DJAMEN,
Je souhaite continuer à exercer le poste actuel de Président de Bureau.
Mes objectifs seront de continuer à faire le lien entre le monde académique et le monde professionnel essentiel dans la finance, l’assurance et plus généralement l’actuariat.
Je souhaite aussi pouvoir mettre en place plus d’événements autour de la statistique appliquée à l’actuariat. Enfin, je pense que le tutorat serait également un axe important pour assurer un intérêt croissant de la statistique.


· GS Biopharmacie et Santé
Nombre actuel d’élus : 10
Nombre de sortants : 3
Nombre de sièges à pourvoir : 3
Candidats : 3 : S. GUILLEMINOT, D. MAGREZ, H. SAVEL


- Sandrine GUILLEMINOT,
Après une première expérience en CRO, j’ai intégré les laboratoires Servier en 2001.
Responsable statistique du développement clinique des projets cardiovasculaires Servier, j’ai acquis une riche expérience des phases avancées de développement et soumissions réglementaires.
Depuis deux ans, je me suis orientée vers le développement « early phase » qui offre de nombreuses possibilités d’innovation statistique.
Je suis aujourd’hui en charge des activités précliniques et recherche de biomarkers.
Partageant des problématiques communes autour de la santé, il me parait essentiel de veiller à créer des opportunités pour renforcer notre réseau de statisticiens en France.
C’est pourquoi, je souhaite renouveler ma candidature au Bureau Biopharmacie & Santé.
- David MAGREZ,
Biostatisticien depuis 20 ans pour l’industrie pharmaceutique (9 années en CRO puis 11 en laboratoire pharmaceutique), je suis actuellement « Biometrics Director » au sein de la société Biopharmaceutique GENFIT. Lors de mon parcours professionnel, j’ai été impliqué dans le développement international de médicaments dans plusieurs aires thérapeutiques, ainsi que dans l’évaluation de l’efficience des médicaments sur la base de données de vie réelle.
Étant au terme de mon mandat au sein du Bureau du groupe Biopharmacie et Santé, je renouvelle ma candidature afin de poursuivre ma participation aux réflexions, actions et initiatives de ce groupe au service de la promotion de la Biostatistique.
En effet, je souhaite toujours favoriser les liens et échanges entre industrie pharmaceutique et universitaires ainsi que ceux entre les différentes sociétés savantes. De plus, étant donné l’émergence de méthodologies statistiques de plus en plus innovantes et l’évolution constante du contexte réglementaire dans le domaine de la biopharmacie, ma présence au sein du Bureau serait pour moi l’opportunité de continuer à contribuer aux deux éléments essentiels que sont la formation des biostatisticiens et la diffusion des bonnes pratiques Statistiques en Clinique.
- Hélène SAVEL,
Membre du Bureau du groupe B&S depuis 2016, j’ai pu apprécier la qualité des échanges et des congrès proposés aussi bien le congrès international que les journées annuelles du Bureau B&S. De part mes différentes expériences professionnelles, je suis convaincue que les échanges entre statisticiens du secteur public et privé sont indispensables et le Bureau B&S les facilite. C’est dans ce sens que je souhaite donc poursuivre mon investissement au sein du groupe.


· GS Chimiométrie
Nombre actuel d’élus : 10
Nombre de sortants : 2
Nombre de sièges à pourvoir : 2
Candidats : 3 : P. BASTIEN, L. DUPONCHEL, M. OFFROY


Attention, cette année, le groupe Chimiométrie a 1 candidat de plus que le nombre de sièges à pourvoir. Il faut donc cocher 2 noms seulement au maximum.

- Philippe BASTIEN,
Statisticien de formation (ISUP, thèse CNAM), senior expert chez l’Oréal, je fais actuellement partie du Conseil de la SFdS.
Depuis plus de 15 ans, je participe à la vie du groupe Chimiométrie, principalement structurée autour de l’organisation de son congrès qui rassemble plus de 150 personnes chaque année. Je représente aussi, au sein du groupe, l’industrie cosmétique et partage à ce titre les besoins et attentes du monde industriel.
Trésorier du groupe depuis 2 ans, je me présente à l’élection du Bureau pour pouvoir continuer à jouer un rôle actif et prolonger mon activité de trésorier.
- Ludovic DUPONCHEL,
Mon objectif est de poursuivre mon action en tant que Président du groupe en étendant ses activités au-delà du congrès annuel. Je compte aussi créer plus de liens avec les sociétés savantes de chimiométrie au niveau international.
- Marc OFFROY,
Maître de conférences à l’Université de Lorraine, j’ai effectué ma thèse sous la direction du Pr. Ludovic Duponchel, en chimiométrie, sur le développement de la super-résolution en spectroscopie vibrationnelle au Laboratoire de Spectrochimie Infrarouge et Raman (LASIR – CNRS UMR 8516). J’ai ensuite poursuivi ma formation dans ce domaine, avec un premier post-doctorat au CEA à la Direction des Applications Militaires (DAM), dans l’équipe TARANIS, avec le Dr. Thomas Farges, sur l’étude des phénomènes transitoires lumineux. J’ai ensuite complété mon champ de compétences avec un second post-doctorat dans l’équipe MEDyC URCA (CNRS UMR 7369) du Pr. Ganesh Sockalingum et du Pr. Gérard Thiéfin, pour la mise au point d’une méthode de diagnostic de fibrose hépatique à partir de spectres infrarouges de sérums humains.
Depuis ma prise de fonction en 2016, mes activités de recherche sont axées sur le développement d'approches analytiques originales basées sur des outils de chimiométrie pour la caractérisation, la modélisation et la compréhension de systèmes réactionnels ou d'échantillons complexes dans le domaine de l'environnement (interactions nanoparticules / bactéries, dégradation des HAP, etc.)
Mes intentions au Bureau du groupe Chimiométrie seraient de promouvoir l’utilisation de la chimiométrie ainsi que sa compréhension, notamment dans le domaine de la Chimie Environnementale. Ceci me permettrait également d’interagir avec la communauté pour discuter et favoriser de futurs développements méthodologiques.


· GS Enquêtes, Modèles et Applications
Nombre actuel d’élus : 10
Nombre de sortants : 6
Nombre de sièges à pourvoir : 6
Candidats : 6 : J. CHICHE, M. CHRISTINE, J. CUBILLÉ, S. LEGLEYE, N. SOULLIER, A. VANHEUVERZWYN


- Jean CHICHE,
Docteur en statistiques mathématiques (Université Pierre et Marie Curie 1983) et chercheur CNRS au CEVIPOF, (Centre de recherches politiques de Sciences Po), j’enseigne les sondages à l’IEP de Paris ainsi qu’au master de Sciences Po. Mes recherches se sont développées dans trois domaines : le comportement électoral et les élections, la méthodologie – sondages, enquêtes, opinion publique -, les statistiques et plus précisément l'analyse géométrique des données. Je travaille à l’amélioration de la qualité des enquêtes en tentant de concilier les approches du monde académique et de la statistique publique, d’une part, et, d’autre part, les impératifs des instituts de sondages privés. Toujours adossée aux échantillons, la statistique d’enquête se voit accompagnée de plus en plus souvent de modèles issus de l’analyse de données numériques nombreuses mais dont on ne connait pas toujours la valeur. C’est le cas dans les études d’audiences, comme dans de nombreuses études en sciences sociales. Ce moment des gilets jaunes et du « grand débat national » a été l’occasion de collectes de données très nombreuses, très hétérogènes et permettra à tous les statisticiens intéressés d’apporter leur écho à la connaissance d’une société en plein changement. Ancien Président du groupe, je souhaite continuer à participer et animer les activités du groupe dans un esprit de large concertation, d’ouverture et de renouvellement. Notre époque est charnière dans l’évolution de notre discipline et de nos méthodes.
- Marc CHRISTINE,
Ingénieur Civil des Mines de Paris, diplômé de l'ENSAE, agrégé de mathématiques. Inspecteur général de l'Insee. Chevalier des Palmes Académiques.
Fonction principale actuelle : conseiller scientifique auprès de la Directrice de la méthodologie et de la coordination statistique et internationale de l'Insee, rapporteur du Comité du label de la statistique publique. Cette fonction consiste en des activités d'audit et d'évaluation des enquêtes de la statistique publique et de différents processus de production de données statistiques. En parallèle, j'exerce des activités de formation académique ou en formation continue (théorie des probabilités, mathématiques, théorie des sondages). Enfin, je suis l'organisateur des Journées de méthodologie statistique de l’Insee (JMS), colloque triennal dont la dernière édition a eu lieu en juin 2018 (600 participants).
Ma candidature au groupe Enquêtes s'inscrit dans l'objectif de la poursuite de la synergie et des liens entre l’Insee et la SFdS en matière notamment d'enquêtes statistiques et de méthodologie, concrétisés notamment par une coordination et des participations croisées entre les manifestations organisées de part et d’autre, notamment les JMS et le colloque Sondages de la SFdS.
- Jérôme CUBILLÉ,
Statisticien d’enquête à EDF R&D, diplômé de l’ENSAE et de l’EHESS.
Parallèlement à mon métier de statisticien d’entreprise, j’enseigne depuis plus de 20 ans la statistique descriptive, l’analyse des données ou les sondages, tant en formation initiale qu’en formation continue.
Je candidate à un troisième mandat au sein du groupe « Enquêtes, Modèles et Applications », pour y poursuivre l’œuvre de communication et d’organisation d’événements de ce groupe, importante pour notre communauté et, au-delà, pour l’ensemble de la société qui manque de culture sur l’information chiffrée, pourtant omniprésente. Il me semble également nécessaire que le monde industriel continue d’être représenté dans ces instances, afin de partager nos pratiques et varier les points de vue.
- Stéphane LEGLEYE,
Je suis statisticien d’enquête à l’Insee, où je dirige la division Conditions de vie des ménages, et épidémiologiste à l’Inserm (chef de l’équipe Usages de drogues en population générale au CESP à Villejuif). Je suis très intéressé par les questions de méthodologie d’enquête (sondages, redressements, estimations d’effets de mode) et connais bien les spécificités des enquêtes sur les publics fragiles (notamment Sans-domicile) et sur les sujets sensibles (violences, drogues, sexualité).
Je candidate à un premier mandat au sein du groupe Enquêtes, Modèles et Applications, pour contribuer à la communication et à l’organisation des événements qui font la richesse de notre communauté de statisticiens.
- Noémie SOULLIER,
Diplômée de l’ENSAI et détentrice d’une thèse de biostatistiques en santé publique, j’ai, tout au long de mon parcours professionnel, expérimenté et apprécié le développement et la mise en place de méthodes statistiques innovantes dans le domaine de la santé. Au cours de ce parcours, les données d’enquête ont tenu une place particulièrement importante.
Tout d’abord, lors de mon poste à la DREES (2010-2015), j’ai participé à l’analyse de grandes enquêtes en population générale telles que Handicap-Santé. Sur ce même poste, j’ai également pu m’inscrire dans un projet d’envergure en concevant et pilotant l’enquête CARE en population générale. La gestion de ce projet a notamment consisté à animer les échanges avec de nombreux acteurs intervenant dans des domaines variés de la conception d’enquêtes (méthodologues, chercheurs, enquêteurs…). Désormais en poste à l’unité Enquêtes de la Direction Appui, Traitements et Analyses des données de Santé publique France, je partage mon temps entre la prise en charge des aspects méthodologiques et le pilotage de grandes enquêtes telles que les cohortes Coset ou le Baromètre de Santé publique France. Ces deux aspects de mon travail ont donné lieu à deux présentations lors du dernier colloque « Sondages » en octobre à Lyon.
Comme le soulignent mon parcours et mes responsabilités actuelles, j’ai un grand intérêt pour les enquêtes et je suis également très motivée par les échanges inter-disciplinaires autour de cette thématique.
C’est pourquoi je souhaite m’investir dans les activités du groupe Enquêtes, Modèles et Applications et présente ma candidature pour le Bureau du groupe.
- Aurélie VANHEUVERZWYN,
Diplômée de l’Ensai, j’ai rejoint Médiamétrie en 1999. Aujourd’hui Directrice Data Science, j’interviens régulièrement dans des conférences sur les méthodologies statistiques et les enquêtes par sondages. J’ai fait partie du Comité de programme des 8ème et 10ème colloques francophones sur les Sondages et ai organisé les 5ème, 7ème et 10ème Journées MAASC à Médiamétrie en 2013, 2015 et 2018.
Très attachée au développement des liens entre le monde de la recherche académique et les professionnels des secteurs public et privé, je souhaite continuer de m’investir dans les activités du groupe Enquêtes, Modèles et Applications. J’ai par ailleurs été élue l’an dernier vice-présidente du groupe et je souhaite aujourd’hui renouveler mon mandat.


· GS Enseignement de la Statistique
Nombre actuel d’élus : 10
Nombre de sortants : 3
Nombre de sièges à pourvoir : 3
Candidats : 3 : C. HAHN, F. LETUÉ, C. VERMANDELE


- Corinne HAHN,
Je suis depuis 20 ans professeur de statistique à ESCP Europe et responsable du cours fondamental de statistique dans le programme grande école.
Membre de la Société Française de Statistique depuis de nombreuses années, j’ai été co-éditrice de la revue Statistique et Enseignement.
Je suis très impliquée dans la réflexion sur l’enseignement de notre discipline au sein de différentes instances internationales. En particulier l’IASE (International Association for Statistics Education) dont je suis membre depuis 2002 et la CIEAEM (Commission Internationale pour l’Etude et l’Amélioration de l’Education Mathématique), association scientifique affiliée à ICMI (International Commission on Mathematics Instruction), dont j’ai été présidente pendant 7 ans.
Je souhaite poursuivre ma collaboration avec le groupe Enseignement et, en particulier, l’aider à renforcer sa notoriété internationale.
- Frédérique LETUÉ,
Maître de conférences au département STID de l’IUT2 de Grenoble depuis 2001, j’ai été co-responsable de la Licence Professionnelle Santé mention biostatistique, puis responsable des stages, et je suis maintenant directrice des études depuis septembre 2018. J’effectue ma recherche au Laboratoire Jean Kuntzmann (LJK) où je suis responsable de l’équipe Statistique pour les sciences du vivant et de l’homme (SVH). Depuis 2011, je participe également aux activités de l’IREM (Institut de Recherche en Enseignement des Mathématiques) de Grenoble successivement dans les groupes probabilités et statistique, EPI, puis animation scientifique.
Déjà élue en 2016 au Bureau du groupe Enseignement, j’ai assuré la présidence du comité d’organisation du CFIES 2017 à Grenoble. J’ai également fait partie du comité éditorial de la revue Statistique et Enseignement. Je présente à nouveau ma candidature, toujours dans le but d’assurer le lien entre le groupe Enseignement de la SFdS et la communauté des départements STID, d’une part, et avec les acteurs de la formation des enseignants du secondaire (IREM, APMEP, ...), d’autre part.
- Catherine VERMANDELE,
Professeure à l’Université libre de Bruxelles, j’y suis titulaire de cours de statistique pour de nombreux étudiants de sciences sociales, de sciences politiques, de sciences économiques, d’information et communication, de droit ou criminologie, d’histoire, etc., et suis ainsi chaque jour confrontée à de nombreuses questions et difficultés liées à l’enseignement de cette discipline.
Je suis membre du Bureau du groupe Enseignement depuis mai 2010, y ait été secrétaire de 2013 à 2015 et en assure à présent la présidence depuis septembre 2015. Je suis également rédactrice en chef de la revue Statistique et Enseignement et, par là-même, travaille actuellement à l’intégration de cette revue dans Statistique et Société.
Je suis particulièrement intéressée par les questions relatives aux liens entre apprentissages théoriques et mises en situation pratiques dans les parcours d’enseignement de la statistique, ainsi que par les questions de « vulgarisation » auprès du grand public.


· GS Environnement et Statistique
Nombre actuel d’élus : 9
Nombre de sortants : 3
Nombre de sièges à pourvoir : 4
Candidats : 4 : BOUSQUET, L. MALHERBE, D. NERINI, E. WALKER


- Nicolas BOUSQUET,
Depuis plusieurs années, œuvrant au sein du privé comme du monde académique, comme chercheur et directeur scientifique, j’ai organisé diverses actions ponctuelles au sein du Bureau du groupe SFdS Environnement et Statistique, qui ont pris la forme de journées thématiques, visant à fédérer des acteurs variés du monde de l’environnement autour de problèmes méthodologiques et thématiques souvent corrélés à ceux portés par d’autres groupes de la SFdS (ex : traitement des incertitudes dans les modèles environnementaux). Je souhaite poursuivre et amplifier ce partage de connaissances et de pratiques, notamment dans un contexte où les outils d’apprentissage statistique connaissent un essor important lié aux usages de l’intelligence artificielle, et où les problématiques environnementales sont plus que jamais au cœur de l’actualité (ex : climat, pollution océanique). Ainsi, je souhaiterais proposer mes compétences scientifiques et organisationnelles pour accroître la présence du groupe au sein des congrès internationaux, organiser des événements thématiques en relation avec d’autres groupes de la SFdS (ex : MALIA) ou de réseaux thématiquement proches (ex : IA et Climat/LIP6) et proposer l’organisation d’ateliers techniques permettant de favoriser la présence de statisticiens dans un nombre croissant d’organismes traitant des problématiques environnementales (ex : IRD, CIRAD, énergéticiens).
- Laure MALHERBE,
Membre de la SFdS depuis de nombreuses années, je travaille depuis plus de 15 ans comme ingénieur à l’Ineris, l’Institut National de l’Environnement Industriel et des Risques, où j’ai développé une expérience dans l’analyse de données et la géostatistique appliquées à la qualité de l’air. Ce domaine soulève de multiples problématiques telles que la combinaison de données d’observation et de modélisation, l’analyse de tendance, la prévision… Je suis aujourd’hui responsable d’une unité spécialisée dans la gestion de données environnementales, de l’acquisition et la transmission des données à leur mise en base et leur exploitation.
Le Groupe Environnement et Statistique de la SFdS a pour vocation de favoriser la discussion entre chercheurs et praticiens et le développement de solutions méthodologiques et techniques aux problèmes qui se posent. En m’appuyant sur l’expérience acquise à l’Ineris, je souhaiterais contribuer de manière active à cette mission du Groupe.
- David NERINI,
Je suis maître de conférences à Aix-Marseille université depuis 2002. Mes activités de recherche sont conduites à l’Institut Méditerranéen d’Océanographie, laboratoire de l’OSU Pythéas. En parallèle, j’effectue des enseignements en statistiques et probabilités depuis la licence SV T−1 jusqu’au master 2 d’Océanographie à des étudiants dont l’aspiration première sera de travailler dans un domaine proche de la biologie, de l’écologie, de la gestion de l’environnement ou des sciences de l’environnement en général.
Les sujets de recherche qui animent ma curiosité reposent sur deux principaux pôles. Le premier concerne la caractérisation des relations qui existent entre la distribution ou le comportement d’organismes vivants et leur environnement. Une partie de ce travail est axée sur des études théoriques de la dynamique de réseaux trophiques lorsque la structure d’un réseau (lien entre espèces, flux d’énergie) est impactée par des perturbations exogènes. De manière plus concrète, je travaille depuis une dizaine d’années sur le comportement des éléphants de mer dans l’Océan Austral et le lien avec les structures physico-chimiques de la masse d’eau.
Nombre d’animaux sont aujourd’hui équipés de capteurs embarqués, ce qui permet d’avoir accès à des zones de l’océan Austral où peu d’observations conventionnelles sont disponibles. Les données échantillonnées sont complexes puisque constituées de nombreuses variables (température,salinité,oxygène,fluorescence, lumière ...). Une caractéristique commune de ces variables est qu’elles apparaissent sous la forme de profils échantillonnés. Une étude statistique fine des comportements ou des structures océaniques n’apparaît possible que par l’utilisation de méthodes mathématiques adaptées à ce type de données. C’est ce dernier point qui motive mon deuxième objectif focalisé sur la nature même des données qu’on peut échantillonner dans l’océan.
L’ensemble des méthodes que j’utilise ou que j’essaie de développer fait partie du domaine de l’Analyse de Données Fonctionnelles (FDA), branche des statistiques dédiée à l’étude de phénomènes aléatoires dont les observations apparaissent sous forme de courbes. Je cherche essentiellement à construire des relations statistiques entre variables biologiques et variables physiques en respectant leur structure fonctionnelle.
Cette demande de candidature est motivée par la raison principale qu’il y a un décalage important entre l’existence de méthodes statistiques adéquates pour traiter ces données à grande dimension et leur connaissance,ou leur utilisation par les chercheurs en sciences de l’environnement. Je vois ma candidature au groupe Environnement&Statistique de la SFdS comme l’opportunité de rencontrer des collègues statisticiens, d’identifier les liens potentiels entre méthodes novatrices et problématiques en sciences de l’environnement. Ayant l’esprit ouvert, je suis plein d’énergie pour mettre mes connaissances, mes compétences scientifiques, au service de l’organisation de rencontres, d’écoles ou d’ateliers permettant de favoriser la diffusion de connaissances techniques entre statisticiens et chercheurs d’organismes en sciences de l’environnement.
- Emily WALKER,
Ingénieure de recherche à l’INRA dans l’unité Biostatistique et Processus Spatiaux, je me porte candidate pour faire partie du Bureau du Groupe Environnement de la SFdS. Je souhaite participer à l’animation du groupe en organisant des journées d’échange sur des thèmes d’intérêt pour les statisticiens travaillant sur diverses applications en environnement. Il me semble intéressant de proposer également des formations sur des méthodes intéressant plus largement la communauté statistique française et francophone. Enfin, des liens pourront être créés ou renforcés avec le GdR d’Ecologie Statistique (EcoStat) et le réseau de Modélisation statistique en santé des plantes et des animaux (ModStatSAP).


· GS Fiabilité et Incertitudes
Nombre actuel d’élus : 10
Nombre de sortants : 4
Nombre de sièges à pourvoir : 4
Candidats : 4 : N. FISCHER, M. FOULADIRAD, C. FUNFSCHILLING, C. PAROISSIN


- Nicolas FISCHER,
Présent depuis la création du groupe Fiabilité et Incertitudes de la SFdS en 2010, je souhaite confirmer mon engagement dans les travaux de ce groupe et plus particulièrement dans ceux ayant trait à la thématique incertitudes.
Depuis 2011, je m’occupe du département mathématiques et statistiques du Laboratoire national de métrologie et d’essais. A ce titre, je mène nombreuses études sur la thématique incertitudes, dispense des formations et travaille au développement de logiciels de traitement de l’incertitude. Désireux d’échanger toujours davantage sur ces thématiques de recherche et de partager avec la communauté industrielle les fruits de nos réflexions et travaux, le groupe Fiabilité et Incertitudes est sans aucun doute le lieu indiqué
En continuant à participer à l’élaboration de journées techniques, de formations, de sessions du groupe lors des journées de statistique, j’espère pouvoir contribuer au développement de l’activité scientifique du groupe et à ces échanges riches et variés.
- Mitra FOULADIRAD,
Je voudrais présenter ma candidature au Bureau du Groupe Fiabilité et Incertitudes de la SFdS et continuer à m'investir dans les activités de ce groupe pour les prochaines années. Je suis au Bureau de ce groupe depuis 2013 où j’ai participé en tant que secrétaire, webmaster et présidente. Durant ces dernières années, j’ai participé aux diverses activités proposées par le groupe et j’ai pu animer des événements liés à ses thèmes de recherche.
Je suis actuellement Professeure des Universités à l'Université de Technologie de Troyes et mes travaux de recherche sont dans le domaine de sûreté de fonctionnement, fiabilité, modélisation de dégradation et maintenance. Mes travaux sont très orientés vers les problématiques industrielles du fait que j'enseigne dans une université de technologie et que je collabore régulièrement avec les industriels. Mes activités d'enseignement et de recherche m’ont permis d'aborder des domaines très variés et de fréquenter des disciplines complémentaires.
Par ma candidature, je souhaiterais continuer à apporter mon soutien à la communauté fiabiliste et à appuyer les activités du groupe dans le cadre des échanges entre l’industrie et la recherche universitaire. Je souhaiterais m'investir plus énergiquement dans l'organisation de divers événements de ce groupe de type : les Journées de Statistique, les journées techniques de la SFdS et appuyer les jeunes chercheurs dans leurs activités de recherche en fiabilité au niveau national et international et dans leurs relations industrielles.
- Christine FUNFSCHILLING,
Je suis ingénieur de recherche à SNCF, au sein duquel je travaille depuis plus de dix ans à l’introduction de la simulation dans les processus d’homologation et de maintenance de l’infrastructure et du matériel roulant. Ce système complexe comporte un grand nombre de sources d’incertitudes (parfois de grande dimension). J’ai ainsi travaillé, dans le cadre d’un projet de recherche européen ainsi que lors de plusieurs travaux de thèse, à la modélisation et à la propagation de ces incertitudes dans le système ferroviaire. Je suis par ailleurs impliquée dans un certain nombre de projets liés à la fiabilité, pour l’introduction d’outils numériques pour le suivi du gabarit et l’optimisation de la maintenance notamment.
Aussi, je souhaiterais m’investir au sein du groupe Fiabilité et Incertitudes de la SFdS pour susciter l’intérêt de laboratoires universitaires sur des problématiques liées à la propagation des incertitudes, notamment en grande dimension, et en particulier dans les cas où l’on s’intéresse à des évènements extrêmes.
- Christian PAROISSIN,
Je suis maître de conférences à l'Université de Pau et des Pays de l'Adour depuis février 2005 (année des Journées de Statistiques à Pau). Mes travaux de recherche se situent actuellement dans le domaine des modèles aléatoires pour la fiabilité et leur inférence statistique. Depuis quelques années, je suis revenu à cette thématique (encadrements de thèse et contrats de recherche - Alstom, Turbomeca, EDF R&D, TOTAL). J'ai été également membre du projet ANR AMMSI (porteur du projet : Olivier Gaudoin) sur la période 2012-2016 (ce projet présente la caractéristique originale de réunir des universitaires et des industriels).
De 2008 à 2014, j'ai fait partie du comité de liaison du groupe thématique MAS de la SMAI. Dans ce cadre, j'ai co-organisé trois rencontres (1, 2, 3) dans ce domaine dans le sud-ouest. Si on ajoute les autres manifestations auxquelles j'ai participé à l'organisation (4), on comprendra vite mon goût pour l'organisation d’événements scientifiques.
En juin 2014, j'ai organisé le congrès international ALT'2014 sur les modèles de vie accélérée et de dégradation.
En tant que membre du groupe « Fiabilité et Incertitudes », j'ai pris part l'organisation d'une journée thématique du groupe sur les logiciels gratuits. Durant ces journées, j'ai donné une présentation sur les packages de R dédiés à l'analyse de durées de vie. Je souhaite poursuivre dans cette voie, en co-organisant avec les autres membres du Bureau des journées de ce type, éventuellement en collaboration avec d'autres sociétés savantes comme la SMAI ou des associations comme l'ImdR.
Par ailleurs, avec des collègues du groupe, nous envisageons d'organiser la seconde édition du congrès euroméditerranéen de fiabilité qui a eu lieu l'été dernier en Tunisie.
Après avoir été trésorier du groupe pendant plusieurs années, j'ai laissé la place à d'autres. Je me suis récemment porté volontaire pour être le correspondant international du groupe.
(1 Journée thématique SMAI/MAS - IMdR « Approche probabiliste et statistique en sûreté de fonctionnement », co-organisée avec Benoîte de Saporta, à Pau, en février 2009.
2 Journée thématique SMAI/MAS - SFdS/BFA « Fiabilité et assurance », co-organisée avec M. Pontier et S. Loisel, à Toulouse, en novembre 2011.
3 Rencontre maths-industrie SMAI – SFdS/FI – INRIA « Sûreté de fonctionnement », co-organisée avec Benoîte de Saporta et Anne Gégout-Petit, à Bordeaux, en avril 2013.
4 Journées de Statistique à Pau en 2005, workshops et congrès à Jaca avec les collègues espagnoles de Saragosse en 2007, 2008 et 2010 ainsi que le congrès SADA'13 à venir.)



· GS Histoire de la Statistique et des Probabilités et de leurs Usages
Nombre actuel d’élus : 10
Nombre de sortants : 2
Nombre de sièges à pourvoir : 2
Candidats : 2 : M. ARMATTE, E.-A. SAULEAU


- Michel ARMATTE,
Président sortant du groupe Histoire de la Statistique et des Probabilités et de leurs Usages, je souhaite renouveler ma candidature au Bureau du groupe pour continuer (pas forcément comme Président) à agir au nom de ce groupe, en particulier délivrer le Prix A. Desrosières et organiser une ou deux journées de rencontres historiques par an.
- Erik-André SAULEAU,
Il reste de nombreux objets historiques à explorer dans le domaine de la statistique et, en ce qui me concerne (je suis professeur des universités en biostatistiques et praticien hospitalier (PU-PH) à l’Université de Strasbourg et titulaire d’un master d’histoire, philosophie et médiation des sciences) plus spécifiquement de la biostatistique ou de la mathématique statistique. A ce titre, une société savante telle que la SFdS est à la fois un terrain d’étude par sa mémoire des 150 dernières années, un lieu où se rencontrent de nombreux acteurs de ces objets historiques et un organe de diffusion de la connaissance. Au sein du groupe « Histoire de la Statistique, des Probabilités et de leurs Usages », je souhaiterais particulièrement œuvrer pour faciliter l’émergence d’une connaissance nouvelle sur plusieurs de ces objets historiques. Déjà membre du Bureau de ce groupe, j’ai participé activement à ses travaux et notamment à l’organisation du séminaire « Histoires d‘enquêtes statistiques, à l’occasion de la 2ième édition du Prix Alain Desrosières ».


· GS Jeunes Statisticiens
Nombre actuel d’élus : 10
Nombre de sortants : 5
Nombre de sièges à pourvoir : 5
Candidats : 5 : E. DEVIJVER, M. DIABATE, F. LOGÉ, M. SELOSSE, M. TAMI


- Emilie DEVIJVER,
Je suis chargée de recherche CNRS depuis octobre 2017 au Laboratoire d’Informatique de Grenoble, et mon domaine de recherche concerne l’apprentissage statistique, d’un point de vue méthodologique et théorique.
J’ai intégré le groupe Jeunes Statisticiens en 2016, et j’ai depuis participé à l’organisation de divers événements. J’ai notamment développé les collaborations internationales entre jeunes statisticiens, à différents niveaux : le développement d’un réseau européen, nommé YSE, dont les premiers rencontres ont eu lieu en octobre 2018 ; l’organisation d’un école d’été pour doctorants au Sénégal qui aura lieu en juillet 2019 ; et le développement des contacts internationaux.
Pour continuer cette mission, je me présente de nouveau au Bureau du groupe Jeunes Statisticiens.
- Modibo DIABATE,
Actuellement en troisième année de thèse à Grenoble, j'ai intégré le groupe « Jeunes » élargi pendant ma première année de thèse en mars 2017. Suite à cette inscription, j'ai pu participer à la rencontre RJS de 2017 à Porquerolles. Par ailleurs, je participe depuis mars 2018 à l'organisation de la première « Ecole d'été de Statistique et Science des données » du groupe « Jeunes » au Sénégal prévue pour juillet 2019.
A travers cette candidature, je souhaite prêter main forte au Bureau en m'impliquant d'avantage dans l'organisation des différentes activités du groupe « Jeunes » et ainsi participer à son rayonnement.
- Frédéric LOGÉ,
J’ai pris connaissance de ce groupe vers fin 2018, lors de l’annonce de la septième journée YSP du 25 janvier dernier. Bien que n’ayant pas eu le plaisir d’y assister, j’ai eu la chance d’en discuter avec Geneviève Robin, qui est membre du groupe. En partageant son expérience, elle m’a convaincu de candidater pour les élections du Bureau. Ce serait un grand plaisir pour moi que d’aider dans l’organisation, les préparatifs et la modération de journées et évènements autour de la Statistique. Ce domaine est au cœur de mon parcours post-bac : DUT en Statistique (le fameux Stid), puis ENSAI, et actuellement en thèse au CMAP sur le thème de l’Apprentissage par Renforcement. L’organisation d’évènements a quelque chose de très formateur, que j’ai beaucoup apprécié par le passé (Junior Entreprise et Forum d’école), et que j’aimerais approfondir au sein du Bureau.
- Margot SELOSSE,
Je suis actuellement en deuxième année de doctorat en Statistiques au sein du laboratoire ERIC, à l’Université Lumière Lyon 2. Dans ce contexte, étant convaincue des bénéfices d'un esprit général d'entraide, je m'investis au quotidien pour encourager et enrichir les discussions scientifiques entre jeunes chercheurs. Notamment, je suis représentante des doctorants de mon laboratoire et j'ai également fondé un groupe de travail qui permet aux étudiants de discuter de
divers sujets scientifiques et qui encourage le partage de connaissances techniques.
Aujourd'hui je souhaite agir à une échelle nationale. C'est la raison pour laquelle je souhaite m’investir dans le groupe Jeunes de la SFdS qui, je pense, est essentiel à l’insertion des doctorants dans le giron de la recherche universitaire et industrielle. C’est donc tout naturellement que j’aspire à être élue au sein du Bureau, afin de me mettre au service de futurs projets. Je souhaiterais plus particulièrement renforcer le lien avec le groupe Statistique et Enseignement en favorisant, par exemple, les témoignages et le partage d’expériences sur l’enseignement de la Statistique par les doctorants et jeunes docteurs.
- Myriam TAMI,
Membre du laboratoire MICS (Mathématiques et Informatique pour la Complexité et les Systèmes), je suis Maître de Conférences à CentraleSupélec depuis le 01 février 2019.
Depuis ma thèse en 2016, je suis avec attention les activités du groupe « Jeunes » et m’y investi ou y participe régulièrement. J’ai pu assister à différentes rencontres entre jeunes statisticiens et conférenciers invités aux Journées de la SFdS (Toulouse en 2013, Montpellier en 2016, Paris-Saclay en 2018). J’ai également pu bénéficier des sessions « témoignage jeunes docteurs » qui m’ont aidées à définir mon projet professionnel. Aujourd’hui, à mon sens, il est naturel de rendre la pareille et de m’investir pour les jeunes statisticiens. Ainsi, j’ai accepté de participer à la session témoignages des JdS 2019 en tant qu’oratrice pour contribuer à mon tour. En tant que membre du groupe « Jeunes » élargi, je suis aussi impliquée dans la co-organisation d’évènements scientifiques. Par exemple je coorganise avec Emilie Devijver les troisièmes « déjeuners scientifiques » pour les JdS 2019 où j’animerai la thématique portant sur la causalité. Enfin, je m’implique aussi dans la co-organisation de la première « Ecole d’été en statistique et science des données pour les jeunes chercheurs d’Afrique francophone » au Sénégal prévue du 01 au 05 juillet 2019.
Je souhaite continuer à m’investir au sein du groupe « Jeunes » et aider à organiser ce type d’évènements utiles à la communauté. Je suis ravie de contribuer à faire vivre le groupe et c’est donc tout naturellement que je souhaite être candidate pour les élections de son Bureau.


· GS MALIA (MAchine Learning et Intelligence Artificielle)
Nombre actuel d’élus : 0
Nombre de sièges à pourvoir : 10
Candidats : 10 : S. CHRETIEN, R. ELIE, P. GERMAIN, B. GREGORUTTI, B. GUEDJ, B. HEJBLUM, C. KERIBIN, E. MORVANT, E. OYALLON, J. SALMON


- Stephane CHRETIEN,
Mes activités de recherche concernent les aspects algorithmiques du machine learning et ses relations avec l'optimisation convexe, déterministe et stochastique, la factorisation tensorielle, la sélection de colonnes/features et la sparsite.
- Romuald ELIE,
Je suis professeur de mathématiques appliquées à l’Université Paris-Est Marne-la-vallée, travaillant sur les problématiques de prise de décision dynamique dans un environnement incertain. Je me suis principalement efforcé ces dernières années de développer des interactions entre laboratoires de mathématiques et secteur industriel: facilitateur AMIES; diverses thèses CIFFRE; co-pilotage d’une chaire de recherche financée sur fonds privé sur la valorisation de l’information en assurance; co-pilotage d’un projet FUI sur le nowcasting d’indicateurs macroéconomiques à l’aide de données satellitaires ou en ligne.
- Pascal GERMAIN,
En tant que chargé de recherche dans l'équipe Modal de Inria Lille - Nord Europe, j'étudie les problèmes d'apprentissage automatique d'un point de vue statistique. Ma spécialité est la théorie PAC-bayésienne, qui permet de formuler des garanties de généralisation pour des prédicteurs appris à partir des données.
- Baptiste GREGORUTTI,
Actuellement Responsable Recherche au sein de la société Safety Line, j'encadre une équipe de Data Scientists sur des projets liés à l'analyse des données aéronautiques à grande échelle pour l'amélioration des opération aériennes et aéroportuaires. J'apporterai au groupe MALIA mes connaissances dans l'utilisation pratiques des outils méthodologiques de l'apprentissage statistique et dans leur industrialisation.
- Benjamin GUEDJ,
Je suis chercheur à Inria et University College London. Ma recherche porte sur l'apprentissage statistique et automatique (statistical learning / machine learning) et je n'ai eu de cesse de contribuer au rapprochement de ces deux communautés, qui s'enrichissent de parcours différents mais partagent pleinement leurs objectifs. Je suis membre de la SFdS depuis 2011 et ai eu l'honneur de la servir comme Président du groupe Jeunes statisticiens (2016-2017), membre élu du Conseil (depuis 2017), secrétaire général adjoint de la SFdS (2017-2018), enfin membre fondateur et premier Président du groupe spécialisé MALIA (machine learning et intelligence artificielle) depuis 2018. Je présente ma candidature pour poursuivre et amplifier nos efforts de structuration de MALIA et donner ainsi au machine learning et à l'IA une place de choix au sein de notre association.
- Boris HEJBLUM,
Je suis actuellement Maître de Conférences à l’ISPED (Université de Bordeaux) en biostatistique (section 26). Auparavant, j’ai obtenu un diplôme d’Ingénieur en statistique de l’ENSAI, puis j'ai soutenu ma thèse de biostatistique en 2015 à l’Université de Bordeaux avant de faire un post-doctorat à l’Université d’Harvard. Mes activités de recherche se concentrent sur le développement de méthodes pour le traitement de données massives dans la recherche biomédicale, au sein de l’équipe SISTM du centre INRIA BSO et du centre Inserm U1219. Par exemple, je m'intéresse à l’automatisation de la reconnaissance de sous-populations cellulaires par apprentissage non supervisé à partir de données de cytométrie, ou encore à l’apprentissage statistique à partir de données issues de dossiers médicaux informatisés pour la prédiction de phénotypes. Je suis particulièrement sensible aux problématiques éthiques actuellement posées par l’essor du machine learning et de l’intelligence artificielle, pertinentes en santé et dans de nombreux autres domaines d'application. J’attache également une grande importance à la sensibilisation à ces nouveaux outils, ainsi qu'à leur enseignement. Enfin, je suis signataire de l’initiative européenne CLAIRE (Confederation of Laboratories for Artificial Intelligence Research in Europe) après avoir participé à leur premier symposium. Je serai très heureux d’apporter mon expertise au sein du groupe MALIA pour soutenir l’activité de notre communauté.
- Christine KERIBIN,
Après m’être investie pendant cinq ans comme trésorière de la SFdS, je souhaite pouvoir continuer mon engagement au sein de notre association en intégrant le Bureau du nouveau groupe MALIA. Maître de conférence hors classe en statistique à l’université Paris Sud, mes travaux de recherche à la fois théoriques, méthodologiques et appliqués, portent sur l’utilisation des méthodes probabilistes en classification non supervisée, en particulier l’utilisation des modèles de mélange et leur extension à la classification croisée (classification simultanée des lignes et des colonnes d’un tableau de données ou co-clustering). Ceux-ci m’amènent à côtoyer les problématiques du machine learning, et je pense qu’il est important de créer des liens entre ces différentes communautés.
- Emilie MORVANT,
Je souhaite me porter candidate au Bureau du groupe MALIA, dans le cadre des élections 2019.
En effet, informaticienne de formation, ma recherche s’inscrit dans le domaine de l’apprentissage statistique.
Qui suis-je ?
Depuis octobre 2014, je suis maître de conférences à l'Université Jean Monnet de Saint-Etienne (France). Je travaille au laboratoire Hubert Curien dans l'équipe Data Intelligence. D'octobre 2013 à septembre 2014, j'ai été chercheur postdoctoral à l'IST Austria (Institute of Science and Technology Austria) dans le groupe du Pr. Christoph Lampert (Computer Vision and Machine Learning). J'ai obtenu mon doctorat en informatique (apprentissage automatique) au Laboratoire d'Informatique Fondamentale (LIF) de Marseille dans le groupe Qarma, sous la direction d'Amaury Habrard et Stéphane Ayache. Aujourd’hui, je m’intéresse tout particulièrement à l’apport de la théorie PAC-Bayésienne (une théorie d’apprentissage statistique) pour l’apprentissage de représentation.
- Edouard OYALLON,
Mon centre de recherche actuel est l'apprentissage profond et, en particulier, j'étudie ses fondements théoriques. Je travaille actuellement au Centre de Vision Numérique de CentraleSupélec.
- Joseph SALMON,
Compte tenu de mes travaux récents entre statistiques mathématiques, optimisation et apprentissage automatique, je suis particulièrement motivé pour animer la communauté SFdS autour de ces thématiques.
En particulier je pourrais apporter mon expertise sur les méthodes de sélection de variables en grande dimension (Lasso et variantes) ainsi que sur les méthodes d'optimisation non-lisse associées.


· GS Statistique et Enjeux Publics
Nombre actuel d’élus : 10
Nombre de sortants : 3
Nombre de sièges à pourvoir : 3
Candidats : 3 : C. CASES, M. SELZ, O. VASSEUR


- Chantal CASES,
Statisticienne-économiste, diplômée de l'ENSAE, j'ai partagé ma carrière entre statistique publique et recherche, essentiellement sur des thèmes sociaux. Membre de la SFdS depuis plusieurs années, je suis également membre élue de l'Institut International de Statistiques.
J'ai notamment, ces vingt dernières années, été sous-directrice de l'observatoire de la santé et de l'assurance maladie à la DREES, service statistique des ministères sociaux, puis directrice de l'Institut de recherche et documentation en économie de la santé (IRDES) ; j'ai ensuite assuré deux mandats de directrice de l'Institut national d'études démographiques (INED). J'ai présidé l'Institut des données de santé et préparé sa transformation en Institut national des données de santé, guichet unique de l'accès aux données du Système national de santé prévu par la loi en 2016. Je suis maintenant directrice des statistiques démographiques et sociales à l'INSEE. A travers mes diverses fonctions, j'ai été partie prenante autant de la production d'enquêtes en population que de l'utilisation de données de gestion et de données massives à des fins statistiques, et très concernée par les questions tant éthiques que méthodologiques associées à ces travaux.
Ces fonctions successives m'ont donc constamment confrontée aux enjeux sociaux de la production de données et de connaissances en matière économique, sociale et démographique. C'est pourquoi je souhaite contribuer à la réflexion et aux actions menées par le groupe Statistique et Enjeux Publics, notamment aux activités d'animation du débat public autour des statistiques sociales tel qu'il est mené dans le cadre des Cafés de la Statistique.
- Marion SELZ,
Retraitée du CNRS où j’étais ingénieur de recherche, statisticienne auprès de sociologues, j'ai été responsable pendant douze années d'un séminaire de Modélisation et Méthodes Statistiques en Sciences Sociales (M2S3) fréquenté par de nombreuses personnes d'horizons divers. Plus généralement mon objectif principal a été de favoriser un bon usage des statistiques auprès de mes collègues sociologues.
Membre depuis de nombreuses années de la SFdS, je participe activement à l’organisation mensuelle des Cafés de la Statistique au sein du groupe SEP (Statistique et Enjeux Publics), dont je suis la Présidente depuis 2015.
Je souhaite continuer à participer aux activités de ce groupe qui est particulièrement concerné par les évolutions actuelles de la statistique dues à la quantité toujours croissante de données disponibles et qui contribuent à changer au moins partiellement la façon dont la statistique éclaire les faits de sociétés.
En harmonie avec les autres membres de ce groupe, je pense qu’il est important de donner au citoyen les moyens de comprendre l’environnement de plus en plus numérique qui l’entoure afin de lui en permettre un meilleur contrôle. Un des objectifs étant de l’aider à mieux le maîtriser sans uniquement le subir.
C'est dans ce cadre que je présente ma candidature au Bureau du groupe Statistique et Enjeux Publics.
- Olivier VASSEUR,
Docteur et HDR en Physique et docteur en Sociologie, je suis adjoint au directeur des affaires internationales de l'ONERA (Office National d'Etudes et de Recherches Aérospatiales) et je participe à l'enseignement de Probabilités/Statistique à l'EIVP (Ecole des Ingénieurs de la Ville de Paris - Ecole Supérieure de Génie Urbain). Du fait de la faible compréhension des notions de base de la statistique par la majorité de nos concitoyens, je souhaite participer à la diffusion de l'approche statistique dans la société. En effet, la compréhension des méthodes statistiques et de leurs usages s'avèrent essentiels compte tenu des développements technologiques qui permettent le traitement de masses de données destiné à établir des analyses et conclusions sur des sujets de société constituant de véritables enjeux publics. Impliqué dans les questionnements déontologiques et éthiques de la recherche scientifique en tant que membre du Conseil pour l’éthique de la recherche et l’intégrité scientifique de l’Université Paris-Saclay ou encore en tant que sociologue, je souhaite continuer à m'impliquer au sein du groupe dans les réflexions en lien avec l'éthique qui sont d'une très grande actualité compte tenu de l'essor et des usages du Big Data.


· GS Statistique et Sport
Nombre actuel d’élus : 0
Nombre de sièges à pourvoir : 10
Candidats : 10 : M. AVALOS-FERNANDEZ, S. BAILLY, P. BASTIEN, G. BERTHELOT, J. CHÉRADAME, C. DERQUENNE, G. LEFEBVRE, A. LEROY, A. RENAUD, G. SAULIÈRE


- Marta AVALOS-FERNANDEZ,
Je suis maître de conférences - HDR en biostatistique à l’Institut de santé publique, d'épidémiologie et de développement (ISPED), Université de Bordeaux, depuis 2005. Mes travaux de recherche au sein d’une équipe commune à l’INRIA et l’INSERM portent sur le développement et l’intégration de nouvelles approches statistiques adaptées aux données de grande dimension en santé. J’ai eu l’occasion de travailler, par exemple, sur des données d’épidémiologie des accidents traumatiques en pratique sportive. J’ai participé en 2018 au séminaire « Statistique et Sport : où en est-on ? » organisé par le groupe (en devenir) « Statistique & Sport ». Depuis, je m’investis dans les activités du groupe qui a pour objectif de contribuer au développement de cette discipline en France. Je suis, par ailleurs, intéressée par le « potentiel pédagogique » du sport : « Associer stat et sport permet de comprendre de manière plus ludique. Ça nous parle ! » (pour citer un étudiant).
- Sébastien BAILLY,
Chargé de recherche INSERM au sein du laboratoire HP2 (Hypoxie Physiopathologie) à Grenoble, je travaille sur les données issues des pathologies liées à l’hypoxie chronique (syndrome d’apnées du sommeil principalement). De plus, au sein du laboratoire, nous avons la chance d’avoir une équipe de médecins et de physiologistes qui mettent en place des protocoles de recherche autour des pratiques sportives (trails, course à pied). Un des enjeux est de mieux comprendre comment utiliser les données acquises en temps réel par les sportifs pour mieux accompagner les pratiques sportives, et également étudier les relations entre protocoles d’entraînement et performances en course, mais aussi la survenue d’événements médicaux. Je suis déjà impliqué dans le groupe Stat et Sport de Grenoble et je souhaite pouvoir m’inscrire plus largement dans une réflexion au sein de la SFdS sur les outils et les approches méthodologiques pour répondre aux enjeux à venir.
- Philippe BASTIEN,
Statisticien de formation (ISUP, thèse CNAM), senior expert chez l’Oréal, je fais actuellement partie du Conseil de la SFdS et du groupe Chimiométrie.
Pratiquant passionné, j’ai aidé ces dernières années à la création du groupe Statistique et Sport à l’interface du Sport et de la Statistique.
A une époque où les objets connectés ont envahi les terrains de sport et où l’analyse des données et l’analyse prédictive font partie intégrante du paysage sportif, je souhaite, à travers cette candidature, apporter mon énergie au développement du groupe Statistique et Sport qui traduit l’intérêt de la SFdS d’être présente sur ces questions de société.
- Geoffroy BERTHELOT,
Actuellement chercheur à l’Insep (Institut National du Sport et de l’Expertise Sportive) je présente ma candidature au Bureau Statistique et Sport. Je travaille sur plusieurs thématiques liées (i) aux interactions individuelles, (ii) au mouvement particulaire, (iii) aux réseaux complexes et (iv) à la relation entre l’âge et la performance, et ai participé au lancement du groupe Statistique et Sport. Ce groupe doit tendre à combler le gouffre entre le monde du sport et le monde de la science dans le contexte des Jeux Olympiques à Paris en 2024 et son héritage. Je participe régulièrement au groupe initial et ai participé aux Cafés Statistiques (Paris) début 2019 pour mieux expliquer comment apprécier et caractériser les limites sportives, voire les repousser.
Mon principal objectif, comme les autres membres de ce groupe, est de rajouter du lien entre le monde du sport, celui de la science, et ceux se trouvant à l’interface (science du sport). L’objectif ultime étant de permettre au groupe d’être un catalyseur pour la diffusion des connaissances scientifiques et statistiques existantes au sein du monde du sport français et étranger.
- Jérémy CHÉRADAME,
Diplômé de l'ENSAI en 2018, je suis actuellement dans ma première année de thèse CIFRE à la Fédération Française de Rugby. Celle-ci se situe dans le domaine de la biostatistique avec pour but d'essayer d'identifier et de mieux appréhender les facteurs de risque de blessure au rugby. Je suis accompagné dans cette thèse par ma directrice Hélène Jacqmin-Gadda (ISPED) et mon co-directeur de thèse Philippe Decq (Ensam). En parallèle de cette activité de recherche, je suis impliqué dans un certain nombre de projets au sein de la cellule d'Accompagnement de la Performance dont je fais partie. Il est en effet nécessaire pour beaucoup de projets de savoir manipuler les données et pouvoir en tirer de l'information, que ce soit pour des études scientifiques ou pour le travail quotidien d'une structure sportive. Depuis maintenant trois ans que je travaille avec la FFR, je pense avoir bien compris les enjeux et problématiques auxquelles font face les structures sportives et c'est pourquoi je voudrais aider à développer ce groupe Statistique et Sport. Je pense, en effet, que ce groupe peut vraiment apporter des solutions applicables directement pour les clubs mais aussi faire émerger une prise de conscience de l'importance des statistiques et de l'analyse de données et, par conséquent, de l'intérêt d'avoir des personnes formées à ces métiers dans ces structures. Par le biais de séminaires, de publications ou encore de formations, nous espérons ainsi pouvoir mettre en avant les statistiques que ce soit pour un objectif de performance, de prévention ou encore, par exemple, de développement de la pratique. Ce groupe étant nouveau à la SFdS, dix membres doivent présenter officiellement leur candidature. Dans ce cadre, je présente la mienne.
- Christian DERQUENNE,
Statisticien de formation, je travaille à Electricité de France - Recherche et Développement. J’ai la triple chance d’appliquer des méthodes statistiques existantes, d’en rechercher de nouvelles en fonction des problèmes posés par différentes directions clientes et d’enseigner la Statistique dans le monde académique. Mes domaines d’intérêt en statistique sont notamment, les modèles linéaires généralisés, la fusion statistique de données, les modèles à équations structurelles, le traitement des données manquantes, la segmentation de séries temporelles, les méthodes de classification et la grande dimension.
Pour la SFdS, j’ai mis en place les Ateliers Statistiques qui existent depuis 2002 et j’ai organisé les 38ièmes et les 50ièmes Journées de Statistique en 2006 et 2018. Depuis de nombreuses années un de mes rêves est d’associer la Statistique et le Sport. En 2017, un collectif de passionnés issus de différents horizons (professionnels du sport, académiques, chercheurs) s’est créé et s’est fixé pour objectif d’allier pleinement ces deux disciplines. En effet, il ne s’agit pas pour les statisticiens de se faire plaisir en appliquant seulement des méthodes sur des données sportives mais d’offrir réellement des outils, des formations, de l’aide aux professionnels du sport afin qu’ils soient plus performants dans leurs études (chercheurs) ou sur le terrain (coaches). Ce collectif a organisé un séminaire « Statistique et Sport : où en est-on ? », début 2018 à l’IHP et une session spéciale lors des 50ièmes Journées de Statistique. Ce collectif est devenu officiellement un groupe de la SFdS lors de l’Assemblée Générale de la SFdS. Depuis deux Cafés Statistiques (à Lyon et à Paris) se sont tenus début 2019. Un séminaire est prévu début mai et une session spéciale aura lieu lors des JdS de Nancy. Comme ce groupe de la SFdS est nouveau, 10 membres doivent présenter officiellement leurs candidatures. Dans ce cadre, je présente la mienne. Mon principal objectif, comme les autres membres de ce groupe, est de faire monter en compétence nos activités afin que la discipline Statistique et Sport puisse se développer en France.
- Geoffrey LEFEBVRE,
Administrateur de l’INSEE, je suis actuellement chef de la mission enquêtes, données et études statistiques au sein de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP). La mission que je pilote constitue le service statistique ministériel en charge de la jeunesse, de la vie associative et du sport. À ce titre, les membres de mon équipe produisent des statistiques et des études sur ces thématiques. Nous collectons et/ou exploitons des données administratives (par exemple, le recensement des licences et clubs sportifs) et réalisons des enquêtes statistiques telles que l’enquête nationale sur les pratiques physiques et sportives. Dans le cadre de nos travaux, nous collaborons étroitement avec l’ensemble des acteurs de la statistique publique (INSEE et autres services statistiques ministériels).
Partant du constat qu’à la fois les professionnels du sport mais aussi les chercheurs, statisticiens ou sociologues, méconnaissaient les productions de la statistique publique et la richesse des données disponibles sur le champ du sport, j’essaie depuis plusieurs années de mieux diffuser et valoriser nos travaux auprès des acteurs du sport. En matière de statistiques, mes principaux centres d’intérêts sont intimement liés à mon parcours professionnel au sein de la statistique publique (en particulier la conception et l’exploitation d’enquêtes statistiques) mais je m’intéresse également à l’application dans ce cadre de méthodes innovantes, notamment dans le domaine de l’analyse spatiale.
Lorsqu’en 2017, un collectif de passionnés issus de différents horizons (professionnels du sport, académiques, chercheurs) s’est créé et s’est fixé pour objectif d’allier pleinement les deux disciplines sport et statistique, c’est tout naturellement que j’ai souhaité lui apporter ma contribution. Ce collectif a depuis organisé un séminaire « Statistique et Sport : où en est-on ? », début 2018 à l’IHP et une session spéciale lors des 50ièmes Journées de Statistique lors de laquelle j’ai eu le plaisir de présenter une étude sur la pratique sportive des français. Ce collectif est devenu officiellement un groupe de la SFdS lors de l’Assemblée Générale de la SFdS en 2018 et, dans ce cadre, je présente ma candidature.
- Arthur LEROY,
Actuellement Doctorant à l’Université Paris Descartes et à l’Insep (Institut National du Sport et de l’Expertise Sportive) sur la thématique de l’apprentissage statistique appliqué au sport de haut niveau, j’essaye d’apprendre de ces deux disciplines et de travailler au mieux pour leurs avancées. Mon sujet de thèse visant à l’aide à la détection de jeunes sportifs prometteurs par des méthodes statistiques est un des premiers exemples en France de lien entre la recherche mathématique et le monde sportif. Par ailleurs, je participe régulièrement aux événements de la SFdS, en tant qu’auditeur, orateur ou organisateur. En 2017, un collectif de passionnés issus de différents horizons (professionnels du sport, académiques, chercheurs) s’est créé et s’est fixé pour objectif d’allier pleinement ces deux disciplines. En effet, il ne s’agit pas pour les statisticiens de se faire plaisir en appliquant seulement des méthodes sur des données sportives, mais d’offrir réellement des outils, des formations, de l’aide aux professionnels du sport afin qu’ils soient plus performants dans leurs études (chercheurs) ou sur le terrain (coaches). Ce collectif a organisé un séminaire « Statistique et Sport : où en est-on ? », début 2018 à l’IHP et une session spéciale lors des 50ièmes Journées de Statistique. Ce collectif est devenu officiellement un groupe de la SFdS lors de l’Assemblée Générale de la SFdS. Depuis deux Cafés Statistiques (Lyon et Paris) ont eu lieu début 2019. Un séminaire est prévu début mai et une session spéciale aura lieu lors des JdS de Nancy. Comme ce groupe de la SFdS est nouveau, 10 membres doivent présenter officiellement leurs candidatures. Dans ce cadre, je présente la mienne. Mon principal objectif, comme les autres membres de ce groupe, est de faire monter en compétence nos activités afin que la discipline Statistique et Sport puisse se développer en France.
- Anne RENAUD,
Statisticienne de formation et enseignante à la Haute école fédérale de sport de Macolin (Suisse), je travaille au cœur du centre national suisse du sport. Mes tâches se répartissent entre enseignement de la statistique aux étudiants en sciences du sport (bachelor et master), recherche (politique du sport, analyse de la performance des athlètes) et service pour le système du sport suisse. Je suis candidate au Bureau du groupe Statistique et Sport car j’aimerais encourager le développement de l’application des statistiques dans le monde du sport. La mise en route du groupe en 2018 était captivante. La large palette des participants aux activités initiées par ce groupe forme un vrai potentiel de développement. Avec cette candidature, je désire contribuer au développement de ce groupe en amenant un regard de statisticienne, enseignante et chercheuse dans le sport.
- Guillaume SAULIÈRE,
Je suis chercheur en biostatistiques à l’Institut de recherche biomédicale et d’épidémiologie du sport (Irmes) au sein de l’Institut National du Sport et de l’Expertise de la Performance (INSEP). Mes projets de recherche s’inscrivent dans l’optimisation de la performance et la minimisation à l’exposition aux risques de blessures des sportifs de haut niveau. Je suis quotidiennement à l’interaction entre les statistiques et le sport, ce qui me pousse naturellement à vouloir m’investir dans ce groupe Statistique et Sport et à présenter ma candidature.


· GS Statistique Mathématique
Nombre actuel d’élus : 10
Nombre de sortants : 4
Nombre de sièges à pourvoir : 4
Candidats : 4 : G. CHAGNY, F. ENIKEEVA, C. MARTEAU, A. SAUMARD


- Gaëlle CHAGNY,
Chargée de Recherche CNRS depuis octobre 2015, je suis en poste au Laboratoire de Mathématiques Raphaël Salem (UMR 6085, Université de Rouen) où je fais partie de l’équipe “Statistique”. Mes recherches portent principalement sur des problèmes d’estimation non-paramétrique et des questions liées à l’analyse de données fonctionnelles.
Membre de la SFdS depuis ma thèse, j’ai d’abord été active en tant que membre du Bureau élargi du Groupe Jeunes Statisticiens avant de rejoindre le Groupe Statistique Mathématique. Depuis 2016, j’ai contribué à la création, puis au renouvellement chaque année, de la journée de Statistique Mathématique, organisée par le groupe, qui a lieu en début d’année à l’IHP. J’ai participé activement à l’organisation en réalisant, entre autre, à chaque fois l’affiche de la journée, les badges des participants, en recherchant des financements, etc... Via ce biais, et via de nouvelles actions, je souhaite poursuivre à promouvoir activement la connaissance et l’utilisation de la statistique mathématique, auprès de la communauté des statisticiens tout autant qu’auprès des mathématiciens en général dans les années à venir.
- Farida ENIKEEVA,
Je suis Maître de Conférences en Statistique au sein du Laboratoire de Mathématiques et Applications (UMR 7348) de l’Université de Poitiers depuis 2014. Ma recherche actuelle est centrée autour de deux axes : les problèmes de tests non-paramétriques ainsi que les questions de détection de rupture. Mes travaux antérieurs m’ont permis de m’intéresser à des sujets très variés. J’ai travaillé sur les applications des méthodes statistiques en bioinformatique, en neuroimagerie et en microélectronique. Je m’intéresse aussi aux problèmes de sécurité liés à l’imagerie (tatouage d’image et stéganalyse).
Au sein du groupe StatMath, je souhaiterais m’investir dans l’organisation d'événements scientifiques dans des thématiques proches de mes axes de recherche et d'intérêt, et pour lesquelles je dispose d'une vision assez précise des personnes centrales aux domaines concernés. En tant que responsable du colloquium de notre laboratoire, j'ai aussi l'habitude de solliciter de nombreux collègues dans des disciplines hors de mon domaine spécifique, et je pourrai donc m'adapter à des missions d'organisation d'événements dans d'autres thématiques.
- Clément MARTEAU,
J’ai exercé un premier mandat au sein de ce groupe pendant lequel j’ai eu l’occasion de participer à l’organisation de deux journées thématiques (au mois de janvier) en 2017 et 2019. J’ai également assuré les fonctions de webmaster pendant la fin de mon mandat. Je souhaiterais prolonger ces actions pour un éventuel mandat à venir.
- Adrien SAUMARD,
Depuis septembre 2015, je suis enseignant-chercheur à l’ENSAI et membre du laboratoire de Statistique et Modélisation du CREST. J’enseigne la statistique mathématique, l’apprentissage statistique et les probabilités à un public d’élèves ingénieurs et d’attachés de l’INSEE. Je donne aussi un cours de statistique nonparamétrique dans le M2 Recherche de mathématique, parcours aléatoire, cohabilité entre l’ENS Rennes, l’ENSAI, l’INSA et l’université de Rennes 1. Je suis depuis trois ans un membre élu du groupe Stat. Math. de la SFdS.
Par mon éventuelle reconduction au groupe Stat Math de la SFdS, je souhaite participer à la pérennisation et à la mise en place des initiatives suivantes :
- La session spéciale annuelle du groupe Stat. Math. aux JdS, pour laquelle je me suis investi sur les trois années de mon mandat sortant.
- Promouvoir les échanges entre théorie mathématique, méthodologie et applications de la statistique. Une idée pourrait être de créer une rubrique ”questions ouvertes” dans le Journal de la SFdS, visant à faciliter l’interaction des connaissances et des compétences. Cette rubrique pourrait aussi se concevoir via internet comme un forum.
- Favoriser les liens avec d’autres groupes de la SFdS, par exemple par des journées de rencontres.
- Mettre en place une journée de réflexion sur le thème : quels changements et quelles invariances faut-il considérer dans les enseignements de statistique mathématique ?

 
 
©2019 SFdS
Société Française de Statistique
Institut Henri Poincaré
11 rue Pierre et Marie Curie
75231 Paris cedex 5
Tél. : +33 (0)1 44 27 66 60
Notre site a été supporté par :