Événements passés


Atelier "Un siècle de Fisher"
Analyse de Variance et études d’héritabilité de la publication de The correlation between relatives… à nos jours
Workshop pluridisciplinaire pour une analyse critique d’un texte fondateur


les jeudi 12 et vendredi 13 septembre 2019
Institut de Biologie de l’Ecole Normale Supérieure, 46 rue d’Ulm, 75005 Paris
Salle Favard


En 1918, Ronald Fisher publie dans les Transactions of the Royal Society of Edinburgh, un article intituté : XV.—The correlation between relatives on the supposition of Mendelian inheritance (52:499-533). En dépit d’un titre qui peut sembler aujourd’hui énigmatique, le travail qu’il présente va connaître une postérité remarquable. Cent après sa publication, cet article reste très souvent cité… le nombre de citations annuelles continue même d’augmenter [1]. Les innovations qu’il contient continuent de jouer un rôle important dans de nombreux domaines, aux premiers rangs desquels les statistiques et la génétique – évolutive, végétale, animale et humaine.

En effet, deux innovations majeures sont généralement mises au crédit de ce texte :

1. Il fonde l’analyse des causes de variabilité d’un phénomène sur une décomposition de la variance.

2. Il attribue la variation d’un caractère continu (dans le texte de Fisher il s’agit de la taille humaine) aux effets individuellement faibles d’un grand nombre de « facteurs mendéliens » (modèle dit « polygénique »).

La postérité de cet article tient également à la place que l’historiographie de la génétique lui a réservée : l’intervention qui permit la clôture (Provine, 1971) de la controverse scientifique qui opposait, en Grande Bretagne, depuis plus d’une décennie, les « biométriciens » (emmenés par Karl Pearson) aux « mendéliens » (William Bateson in primis) et qui semait le trouble parmi les eugénistes britanniques, en pleine mobilisation pour convaincre les responsables politiques britanniques du bien fondé de leurs inquiétudes.

Cent ans après sa publication, cet article et les innovations qu’il contient occupent également une place centrale dans une série de controverses scientifiques, dont certaines ont des résonnances sociétales importantes : usages de la mesure d’héritabilité, « gènes de l’intelligence », etc. Ces controverses se sont également traduites par de fortes oppositions à l’intérieur de différents champs scientifiques concernant le niveau de simplification acceptable dans un travail de modélisation du vivant et des transmissions intergénérationnelles. En dépit de tout ceci, on ne compte plus le nombre de travaux publiés dans les plus grandes revues scientifiques qui utilisent le modèle polygénique (ou ses évolutions), sans discussion aucune. Les outils de modélisation proposés par Fisher sont utilisés avec une telle fréquence et de manière tellement systématique, qu’ils ont développé une réelle polyvalence. Utilisés de manière routinière, ils sont en quelque sorte devenus invisibles et ont simultanément acquis une forte « robustesse sociale » : on peut les mobiliser dans différents contextes, sans avoir à justifier de leur utilisation. Leur usage va tellement de soi que le travail de modélisation et les hypothèses qui le sous-tendent ne sont plus véritablement perçus. Les critiques sont difficiles et souvent confinées à des espaces scientifiques dont les débats ne sont que rarement médiatisés. L’émergence d’alternatives est compliquée par la position hégémonique du modèle. Ce dernier impose pourtant des contraintes fortes sur les cadres de pensées et les formes de raisonnement des chercheurs, qui ne sont pas sans conséquences sur les évolutions des disciplines concernées et sur les effets sociaux des savoirs produits.

Alors que la production de Big Data et les enjeux conceptuels autour de leur analyse mobilisent de plus en plus de chercheurs dans les sciences de la vie et en biomédecine, cet atelier propose de profiter du centenaire de la publication de cet article pour mener une réflexion pluridisciplinaire associant des chercheurs en sciences sociales (philosophie, histoire et sociologie des sciences) et des chercheurs en génétique issus de différents domaines (évolutive, animale, végétale, humaine).

Notre projet est de revenir au texte en croisant des travaux socio-historiques sur les conditions de sa production, sur sa trajectoire et celles des outils qu’il a proposés et des analyses sur ses usages actuels – y compris son « évitement » lorsque le texte est convoqué sans confrontation précise avec son contenu – et les controverses qu’il peut susciter. L’ambition de ce travail est ainsi de dégager un espace de discussion critique et innovant, informé des développements les plus récents dans les différents domaines mis à contributions : génétique évolutive, génétique humaine, histoire et sociologie des sciences.

[1] Google scholars recense ainsi 4524 citations depuis 1978 – le nombre de citations annuelles a quasiment quadruplé entre 1991 et 2018.

La participation à l'atelier est gratuite mais l'inscription est obligatoire.

Renseignements (programme et inscription) sur le site : https://1siecledefisher.sciencesconf.org/

**************************************************
Histoires d'enquêtes statistiques à l'occasion de la 2e édition du Prix Alain Desrosières
le jeudi 22 novembre 2018 (9h00-17h30)
Institut Henri Poincaré, 11 Rue Pierre et Marie Curie, 75005 Paris - Amphithéâtre Hermite

Par sa curiosité scientifique insatiable, par la vigilance et la rigueur scientifique à laquelle il invitait, Alain Desrosières (18 avril 1940 - 15 février 2013) a initié une nouvelle approche sociologique de la statistique et de la quantification. Le réseau de chercheurs en sciences humaines et sociales qu’il est parvenu à constituer souhaite développer cette approche et les réseaux qui la portent, c’est pourquoi ils ont lancé le Prix Alain Desrosières en 2016.
Le groupe Histoire de la Statistique, des Probabilités et de leurs Usages de la SFdS souhaite profiter de la deuxième édition de ce Prix pour organiser une nouvelle journée de réflexion sur un thème cher à Alain Desrosières : l’histoire des enquêtes statistiques.
À quoi sert l’histoire de la statistique ? Provocatrice pour les historiens, cette question ne l’est pas nécessairement pour les statisticiens : certains peuvent en effet considérer en toute bonne foi que leur métier consistant à mettre en œuvre et améliorer des techniques statistiques, ces dernières évoluent, certes, mais il est peu intéressant de se les rappeler une fois qu’elles sont dépassées...
Ce serait oublier que l’histoire de la statistique n’est pas seulement une affaire de progrès technique linéaire. La statistique dépend d’institutions et de politiques et, à ce titre, est soumise en permanence à des tensions entre différents impératifs et à des rapports de force que les producteurs et utilisateurs d’information statistique doivent comprendre s’ils veulent exercer leur métier ou utiliser ces « données » de façon pertinente.
Comment appréhender ces tensions si l’on ne connaît pas leur origine ni leur évolution ? C’est précisément ce qu’étudie l’histoire de la statistique et c’est la raison pour laquelle elle est utile à tous.

*****
Programme

9h00-9h30 : Accueil
9h30-10h30 : Les pratiques culturelles à l’ère numérique : l’approche par les enquêtes ménage dépassée ? Loup Wolff, chef du Département des études, de la prospective et des statistiques (service statistique ministériel Culture)
10h30-11h30 : Une histoire des enquêtes de victimation, Renée Zauberman, Directrice de recherche CNRS au Cesdip
11h30-11h45 : Pause
11h45-12h45 : Des enquêtes aux registres de population. Les données statistiques et l’identification des bénéficiaires dans la mise en place d’une protection sociale au Maroc, Boris Samuel, chargé de recherche IRD, au CESSMA / Université Paris Diderot
12h45-14h15 : Pause déjeuner
14h15-15h15 : Homo statisticus. Une histoire des dispositifs de la statistique publique en population générale en France depuis 1950, Thomas Amossé, chercheur au Cnam, Lise, CEET
15h15-16h15 : De « la drogue » aux addictions : une histoire la quantification des usages de substances psychoactives, François Beck, responsable du passage des enquêtes ménages au multimode à l'Insee et chercheur associé au CESP, Faculté de médecine, Université Paris Sud, Faculté de médecine UVSQ, INSERM, Université Paris-Saclay, Villejuif, France
16h15-16h30 : Pause
16h30-17h30 : Remise du Prix Alain Desrosières
 
 
©2019 SFdS
Société Française de Statistique
Institut Henri Poincaré
11 rue Pierre et Marie Curie
75231 Paris cedex 5
Tél. : +33 (0)1 44 27 66 60
Notre site a été supporté par :